free html site templates

La lymphe en quelques mots

La lymphe est composée à 96% d'eau, elle circule dans tout le corps (à l'exception de quelques tissus) à un rythme lent. Le corps est parcouru de trois réseaux circulatoires (artériel, veineux, lymphatique) Ces trois circuits sont interdépendants et agissent en vases communicants répondant à la Loi de Starling. Cette loi est représentée par le Dr.Kuhnke qui fait l'analogie avec une baignoire. 


A : l'arrivée d'eau, représente la filtration effectuée par le système artériel chargé d'éléments nutritifs, elle coule de façon ininterrompue.
D : l'eau contenue dans la baignoire est mise en analogie avec notre tissu conjonctif
B : l'évacuation, symbolisée sur le schéma par un siphon, est la résorption.
Notre système lymphatique se trouve illustré en C, fonctionnant comme un trop plein, son rôle étant donc d'éviter une inondation ; il fait office de système de sécurité…pour autant qu'il ne souffre pas d'un déséquilibre.
Un déséquilibre filtration/résorption peut survenir lors d'une pathologie, comme par exemple une insuffisance cardiaque, des vaisseaux sectionnés, une ablation de ganglions… Dans toutes ces situations les tissus vont se gorger d'eau, se gonfler et donner un d'œdème. La baignoire déborde.

Pour en savoir un peu plus :

Au départ, le cœur propulse le sang dans les artères, ce sang est riche en oxygène et en éléments nutritifs (minéraux, vitamines, hormones…)
Nos cellules vont utiliser ces substances pour fonctionner et elles vont rejeter les éléments utilisés ou dégradés. Ces déchets sont récupérés à 98% par le système veineux grâce à un système de pressions; ils seront ensuite évacués en dehors des tissus puis éliminés du corps.
Les molécules trop grosses pour traverser la paroi dans les capillaires sanguins qui représentent 2% de ces déchets vont se retrouver « en attente » dans les tissus et elles vont être prises en charges par le système lymphatique. C'est le cas des protéines, toxines et agents pathogènes.
Imaginons une feuille d'arbre, vue par transparence, le réseau lymphatique est construit sur le même schéma, allant de l'ultra fin à des troncs plus importants. 


Les capillaires lymphatiques initiaux sont extrêmements fins, puis peu à peu le réseau va augmenter de calibre.On va les trouver en surface et en profondeur et chaque fois ces réseaux superficiels et profonds vont être interconnectés.
Puisqu'ils « collaborent » avec les vaisseaux sanguins ils suivent un chemin parallèle à ces derniers. 


A plusieurs endroits du trajet, vont se trouver les ganglions lymphatiques qui tiennent le rôle de sentinelle de notre système immunitaire. En cas de nécessité, ils vont emprisonner l'agent pathogène et déclancher la réponse immunitaire.
Une très fine et complexe mécanique de filaments entoure à la manière de haubans les parois des capillaires lymphatiques initiaux. Elle va permettre une meilleure résorption des liquides excédentaires. 


La lymphe va ensuite transiter par des canaux de calibre plus important. Leur structure est particulière, composée d'une alternance de rétrécissements et de dilatations. Ils termineront leur course dans les confluents jugulaires sous-claviers droit et gauche.


Effets du drainage lymphatique :
J'espère que ces explications techniques vous permettent maintenant de mieux comprendre les effets du drainage lymphatique.  
Par ses mouvements lents et rythmés, il stimule la circulation lymphatique en recréant manuellement les mouvements de pompages naturels du corps. 


Notre organisme le fait de façon naturelle par le biais de la respiration, des contractions des muscles squelettiques, de la mobilité passive des membres et de la pression sur la semelle plantaire lors de la marche…Cela dit en passant, le port de chaussure à talons hauts empêche ce mouvement de pompage naturel !


La grande majorité des vaisseaux lymphatiques se trouve dans le derme
L’épaisseur du derme est variable selon les régions du corps mais est en général de l'ordre du millimètre. Le derme est un tissu de type conjonctif formant la peau avec l'épiderme et l'hypoderme. L'épaisseur du tissu sous-cutané est bien entendu différente chez chaque personne, et elle est également différente chez l'homme et chez la femme (le tissu sous-cutané est plus épais chez la femme).
L'épaisseur moyenne est :

• au niveau des cuisses : de 7 mm chez l'homme et de 14 mm chez la femme, 
• au niveau des bras : de 9 mm chez l'homme et de 15 mm chez la femme,
• au niveau de l'abdomen : de 14 mm chez l'homme et de 23 mm chez la femme.
• au niveau des fesses : plus de 20 mm, tant chez l'homme que chez la femme.
Ce qui vous explique pourquoi il est inutile et totalement contre-indiqué de mettre trop de pression lors du drainage lymphatique, on ne ferait qu’écraser ces très fins réseaux.
J'ai essayé de vous apporter un aperçu évidemment très succinct d'un système hautement complexe que ces explications couvrent à peine.J'espère que vous comprendrez tout le sens des contre-indications et qu'en cas d'œdème (rétention d'eau) il est plus profitable de réagir tôt, sans trop attendre.